• LA GORGE DES FRANCHARDS


       LES PLUMES D ASPHODELE

     

    ce dimanche  s'annonce déjà comme un long cortège de surprises, le processus est bien huilé. 

    'Inventaire : écharpe, gants, chaussettes, bâtons, gratter les vitres de la voiture, il a fait super froid cette nuit. Notre attelage est OK, nous pouvons partir. La journée s'annonce belle,

    Arrivés au point de rencontre, une petite surprise funèbre  nous fait changer nos plans .Une ribambelle de  chiens très excités, Une foule de maîtres arborant des fusils à lunettes, prêts pour abattre les sangliers, un clairon pour rappeler les chiens. Ils sont vêtus de costumes avec des vestes roses  genre chantier. C’est la cérémonie des chasseurs, pas d’acclamation,  Nous en avons assez vu. Pas question de manifester pour ou contre,

     

    Nous sommes  21,  nous irons dans les gorges des Franchards.    .

    Du chêne de George Sand à l'Œil des Nations, nous allons à la rencontre des paysages caractéristiques de la forêt de Fontainebleau. Au printemps elle doit embaumer Chaos, mares mystérieuses, un carnaval d’animaux géants énigmatiques, tortues, dinosaures, dans cette pierre grise tout est admirable.


    LA GORGE DES FRANCHARDS      LA GORGE DES FRANCHARDS

    Les fougères géantes avec leurs habits d'automne ; un rayon de soleil pour attiser l'intensité du jaune d'or, des bruyères gardant amoureusement quelques fleurs encore fraiches, des ancolies sauvages  des champignons, que personne ne va piquer, pas de ramasse aujourd’hui.

     

     


    Les aiguilles de pin déposées sur le sable blanc, craquent. Pas de faune poilu, si à cet instant avançaient vers moi des druides en direction d'un chêne remarquable, je ne serais même pas surprise.

    Il fait un temps merveilleux, vif, bleuté, métallique, l'atmosphère est silencieuse, le froid est couleurs de larmes. Les contrastes à chaque enjambée me coupent le souffle. Le cheminement  s’enchaîne sans mot dire. C’est une succession de  plats et super grimpettes, passages light ou très étroits, je ne vais pas me défiler, je  rampe  pour suivre le chemin, sans me fracasser la tête.

     

    LA GORGE DES FRANCHARDS


    Mon cœur s'emballe, mon souffle devient court, mes joues sont bien rouges, mais mon esprit est calme  Je me sens juste trop bien dans cette nature particulière.

    Un bruit étrange me sort de mes non pensés, une invite bizarre dans ce moment sauvage comme une éternité, c’est la pause…


    Les mots recueillis et à placer dans le texte

     

    Cortège Funèbre – larme – ribambelle – cheminement – fleur – manifester – foule – costumes – rose (couleur ou fleur) – atmosphère – succession – carnaval – piquer – bleuté – attelage – embaumer – ancolie – cérémonie – tête – défiler – abattre – admirable – acclamation.


     

    « ST JOSEPH DE NUELLESFLEURS D AIL »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 3 Novembre 2012 à 08:21
    Soène d'O.

    Tu ne m'étonnes pas 


    Les mots étaient faits pour cette belle et dangereuse balade. Je vois tes yeux qui brillent ! Du vécu, ma N de la colline qui travaille, tu aimes ça !
    Bises d'O.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Samedi 3 Novembre 2012 à 08:44

    Trop forte toi !!!

    Sourires

    Bises

    3
    Samedi 3 Novembre 2012 à 09:35
    Littorine/Marie Fran

    Une promenade fort agréable en ta compagnie, mais que se passe-t-il après la pause ? 

    4
    Monelle69
    Samedi 3 Novembre 2012 à 09:35

    Mais c'est un texte de premier roman ça. Bravo ! j'ai aimé ton hitoire que l'on pourrait transposer dans la Forêt de Brocéliande !!

    Bon week-end à toi - bisous

     

    5
    Samedi 3 Novembre 2012 à 10:26

    félicitation pour ce texte! gros bisous et bon week-end Nicole. cathy

    6
    Asphodèle85
    Samedi 3 Novembre 2012 à 16:23

    Ha mais bravo ! Je ne m'attendais pas à ça  ! J'étais presque en altitude à la fin !

    7
    Samedi 3 Novembre 2012 à 17:09

    L'inspiration est au rendez-vous ! A quoi ça peut ressembler  "un moment sauvage comme une éternité"  ?

    8
    Samedi 3 Novembre 2012 à 17:14

    J'aime comment tu fais naître une ambiance, en particulier ces deux phrases : "Il fait un temps merveilleux, vif, bleuté, métallique, l'atmosphère est silencieuse, le froid est couleurs de larmes." En quelques mots , tout est campé et on voyage  ;-)

    Bises

    9
    Lyon en large Profil de Lyon en large
    Samedi 3 Novembre 2012 à 19:43

    soene : je ne sais raconter que ce que je vis, comme toi ce que tu lis mais j'espère progresser, 

    littorine/Marie-France ; après la pause il a fallu retrouver les bagnoles, mais nous étions un peu perdus...

    Monelle : oui,  toutes les forêts avec leurs mystères, seraient de bons décors

    Aspho : heureusement dans le coin, l'altitude ne dépasse pas 200 m 

    la vieille marmotte : c'est pourtant super clair, change tes lunettes 

    Valentyne : quand je lis ce que toi tu écris, que tu apprécies mon ambiance, c'est très sympa

     

    10
    Samedi 3 Novembre 2012 à 21:42

    Un joli texte, façon journal de voyage.

    11
    Samedi 3 Novembre 2012 à 22:25

    On s'attend à trouver Bilbo le Hobbit derr!ère chaque arbre, ou sous chaque feuille. Sympa, ton texte qui parvient à ne pas être triste malgré les mots imposés...

    Dis donc, pourquoi je ne peux pas mettre mon pseudo? C'est nouveau, ça?  ;)

    12
    Lyon en large Profil de Lyon en large
    Samedi 3 Novembre 2012 à 23:07

    Celestine T : tu n'es pas la première à me le dire, je n'ai pas de réponse malheureusement. Merci de l'avoir modifié pour laisser ton com

    13
    Dimanche 4 Novembre 2012 à 00:56

    Quel plaisir de faire un bout de chemin avec toi en forêt de Fontainebleau. Ton texte fort bien écrit, nous y engage.

    14
    patriarch Profil de patriarch
    Dimanche 4 Novembre 2012 à 07:34

    J'ai aimé... Bon dimanche. Bises

    15
    Lundi 5 Novembre 2012 à 08:42

    Impossible de déposer un commentaire sur ton champs d'ail :-O ... il n'y a pas le formulaire... serais je vampire sans le savoir?

    J'aime ton jeu de mot sur ce billet là

    16
    Lundi 5 Novembre 2012 à 21:41

    Si les chasseurs apprennent que tu leur colles des vestes rose-chantier, mé fie-toi! Sont pas toujours finauds !


    Merci pour la jolie ballade en tout cas!

    17
    Mardi 6 Novembre 2012 à 00:05
    patchcath

    quelle rencontre du dimanche! joli texte merci

    18
    Mardi 6 Novembre 2012 à 11:17
    ceriat

    Magnifique ballade dans les tranchées hétéroclites aux formes variées. Passionnante randonnée qui émoustilles nos sens.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :