•  

    LES CABORNES, petit patrimoine des monts d'or

    Bonjour,

     

    Dans le coin dans lequel j'habite, les monts d'or près de Lyon,  il y a des cabornes.

     

    Une caborne est le nom donné aux anciennes cabanes exclusivement en pierres sèches dans le massif des Monts d'Or lyonnais.

    Au XIXe siècle, il pouvait y avoir entre 1.000 et 2.000 cabornes dans les Monts d’Or, pour 7 à 8.000 hectares.

     

    Un recensement commencé par les associations de restauration a déjà retrouvé plus de 600 cabornes sur le massif des Monts d'Or, la plupart à l'état de vestige, mais de nombreuses sont encore debout et certaines ont même été restauré durant ces 20 dernières années sur les communes de Saint-Didier-au-Mont-d'Or, Saint-Cyr-au-Mont-d'Or, Saint-Romain-au-Mont-d'Or et Poleymieux-au-Mont-d'Or.

    LES CABORNES, petit patrimoine des monts d'or

     

     

     

    LES CABORNES, petit patrimoine des monts d'or

     

     

     

    Chaque caborne desservait une parcelle, parfois avec un enclos de murs en pierre sèche et servait d'abri au vigneron : il y trouvait chaleur en hiver, fraîcheur en été et refuge contre les intempéries. Elle pouvait également servir de stockage pour les outils. Certaines caborne comportaient des éléments de confort : banquette, niche, porte à serrure. D'autres, de grandes dimensions, ont servi d'habitation permanente à des indigents.

     

    LES CABORNES, petit patrimoine des monts d'or

     

    elles portent des noms


    Après les magnifiques cabornes double dites « cabornes Girard », la caborne «de la Rosette», celles dites « de Pierrot », « La Cave », « La Marie », c'est grace à des passionnés que nous pouvons encore les admirer aujourd'hui.
     

     

    LES CABORNES, petit patrimoine des monts d'or

     

     

     

    Il y a une entrée, ca c'est sûr, souvent une voûte en encorbellement, et un plan intérieur. Rares sont celles qui sont genre type 3....

     

    Ce qui est super beau ici, c'est que ces pierres dorées sont encore utilisées, trop beau.

     

     

     


    5 commentaires
  • HOTEL DE MILAN

     

    Bonjour,

     

    Même en matière de patrimoine, il peut y avoir des scoops ! Imaginiez-vous que subsiste un ancien grand hôtel garni, en forme de théâtre à l’italienne , une sorte de mini cour des Loges en bois surplombée d’une immense verrière.

    ll y a quelques années j'ai eu la chance, de me hisser pour voir ce joyau, ancien hôtel particulier datant de 1715.

     

    Il  suffit de trouver la bonne entrée sur la façade nord des Terreaux, de monter une volée de marches. Avant d’arriver au premier étage, dans le virage de l’escalier, ouvrir une fenêtre opaque et vous voilà propulsé dans un monde fastueux plus de cent cinquante ans en arrière.

    L’Hôtel de Milan – c’est son nom – fut répertorié dès 1847 dans le Guide de l’étranger à Lyon.

     

     

    J'ai voulu y retourner, crotte crotte crotte,  la fenêtre opaque avait un gros cadenas.

     

     

     

    Un patrimoine lyonnais à préserver : certes, mais où trouve t on les pépéttes ?

     

    HOTEL DE MILAN



    On peut se faire une idée de l'ancienne splendeur de cette cour intérieure grâce à une maquette, au 1/12e, exposée au Musée de la Miniature à Saint-Jean.


    L’immeuble construit autour de 1715 appartenait à la célèbre famille de Lacroix-Laval, la même qui avait un grand parc, dans lequel maintenant les lyonnais vont courir ou assister à des spectacles.


    Transformé vers 1750 en « Maison pour Voyageurs » sous le nom « d’Hôtel de Milan », la galerie du hall d’accueil fut ornée de lambris en stuc, réalisés vers 1890 par le décorateur-sculpteur Jules Mazzoni (1852-1895).


    Ces décors sont fragiles, sensibles aux intempéries et... au temps qui passe, et perdent un peu plus de leur splendeur

    HOTEL DE MILAN

    la clientèle de l’hôtel pour cette période : négociants, représentants de commerce, vendeuses de chapeaux pour dames, musiciens et vendeurs de piano à l'image de messieurs Herz et Lafont, médecins ou dentistes, qui proposent des consultations le temps de leur passage à Lyon, comme le docteur Giraudeau de St-Gervais, de Paris, qui soigne les « maladies secrètes » par un traitement végétal, ou encore M. Lagoguay, médecin occultiste.

     

    A bientôt

     

     


    votre commentaire
  • Prémices des lumières lyonnaises, hier soir était  le premier grand jour. J'ai fait cette découverte avec Pastelle 

     

    plus beau qu'hier ou moins beau que l'année prochaine, moi, je trouve que c'est féérique, magique, merveilleux. Un moment de rêve ca ne fait pas de mal, même si nous devons affronter le froid qui pince. 

    Mes clichés ne sont pas extras, ce sont des instants. 

     

     

    LYON ; LA LUMIERE

     

    LYON ; LA LUMIERE

     

     

    LYON : LA LUMIERE MAGIQUE

     

    LYON ; LA LUMIERE

     

     petits personnages de contes 

     

     

    LYON : LA LUMIERE MAGIQUE

     

     

    LYON : LA LUMIERE MAGIQUE

     

     

     


    17 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique