•  

     

    Bonjour les gens,

     

    LES BOUCHONS LYONNAIS

     

     

     

    Avant tout, je dois vous confier que toutes mes photos ont été perdues, donc, je vais m'aider des photos du net pour agrémenter mon billet.

     

    je suis très très lyonnaise, perso, je suis arrivée pour  la 3eme génération.  Ajoute ma fille et ma petite fille, ça calme quand même.

     

    Nappes à carreaux, recettes authentiques, ambiance plébiscitée, les touristes viennent du monde entier pour se restaurant dans les bouchons lyonnais.

    LES BOUCHONS LYONNAIS

    Passer à Lyon sans faire une escale par un bouchon lyonnais, c’est comme visiter Paris sans y voir la Tour Eiffel : un blasphème.

     

    LES BOUCHONS LYONNAIS

    Pour vous permettre de briller en société mais aussi pour tordre le cou à un paquet de fausses origines que certains prennent un malin plaisir à colporter voilà la véritable histoire....

     

    LES BOUCHONS LYONNAIS

     

     

     

    A l'époque des canuts, (fin 19e) les cabaretiers avaient l'habitude d'accrocher à la porte, en guise d'enseigne, une botte de branche de pin pour que l'on reconnaisse leur restaurant.  En langage lyonnais cette botte s'appelait "bousche" soit faisceau de branchage. Le nom déformé de bouchon est resté jusqu'à nos jours. Sur le carrelage de la sciure.

     

     

    Dans des bistrots typiques de la capitale de la Gaule romaine, toutes les classes sociales se retrouvent pour ripailler et partager un bon moment. Mais comment sont nés ces bouchons et pourquoi rencontre-t-ils tant de succès ? Comment éviter les usurpateurs d'enseigne ? Appellation labellisée depuis 2012, seuls 27 restos peuvent prétendre au terme Bouchon.

     

     

     

    Savez vous que jusqu'à Tokyo nous avons exporté un bouchon, qui lui,  est étoilé ?

     

     

    Pas de chefs étoilés, mais des mères lyonnaises, qui elles seules ont donné naissance à la réputation "gourmet" de la cuisine lyonnaise. Oui, je suis chauvine, et alors j'y vais... elles sont peut être même à l'origine de la gastronomie française. J'y vais fort ? à réfléchir..

    Derrière Bocuse ou Georges Blanc il y a une mère

    La mère Brazier, la mère Fillioux, la mère Bourgeois, la mère Bizolon, dite aussi mère des poilus. Léa aussi, qui se promenait avait un panneau  "attention faible femme ; mais forte en gueule".

    Oui chef !!

     

     

     

     

     


    7 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires