• chez TRINITRY  persiennes, jalousies ou volets, voici ma participation





    20 commentaires

  • Citations de Jean Aillaud

    Mourir est le seul verbe qui se conjugue au passé decomposé




    12 commentaires
  • ces baraques à pêche fantomatiques comment la ressentez-vous ?





    21 commentaires
  • Oingt et la musique.

     

    Je ne vous ai par parlé de l’origine du nom

    La déformation de buxum, : buis. Le village était autrefois entouré de buis, que les moines de l’abbaye de Savigny ont défrichés. Sympas les moines.

     

    Notre maire Louis Pradel qui en était originaire, avait certainement gardé l’amour des fleurs, car c’est sous son mandat que la célébrissime roseraie au parc de la tête d’or a été plantée ;

    C’est un village de 1969 habitants, Nous nous apercevons ainsi la belle énergie qui anime les villageois pour perpétuer ce festival de musiques mécaniques et aussi avoir une belle exposition  sur les limonaires et la musique

    Une récente découverte montre que la toute première voix enregistrée serait la voix d'une femme chantant, le 9 avril 1860, la comptine pour enfants Au clair de la Lune grâce à un "phonautographe" inventé par le français Édouard-Léon Scott de Martinville. Son appareil pouvait enregistrer le son mais n'était pas capable de le restituer. Ce qui nous arrivera très vite avec les CD, clef and co, si nous n'avons pas le bon truc pour lire ce qui est dessus. 

    Dans une salle communale une exposition temporaire sur les instruments qui font de la musique.

    Une belle collection, avec les amis collectionneurs qui arrangent leur bébé, le regarde avec amour. Il y a vraiment beaucoup de monde, c'est du touche touche, et j'ai pas mal de difficultés pour prendre un cliché potable

    le TEPPAZ  TEPPAZ, sur lequel les  "anciens'' ont fait leurs boums enflammées. Fastoche de l'emporter avec soi.

     

        

     

     

     

     

    Voilà, la musique retourne dans son grenier, j'ai fini ma promenade musicale avec vous. L'année prochaine le festival fête ses 30 ans. Une date importante pour les amoureux de la musique mécanique.

     

     


     




    LES PHONOS POUR ENFANTS DATENT DE 1930










    8 commentaires
  • Bonjour à tous,

     

    Nous voici repartis pour une petite escapade au Croisic. Il faut penser que c’est le mois de novembre, que l’eau n’est plus très chaude, même si le soleil est au grand beau.

     

    Direction le traict, (Traict est un terme local qui viendrait soit de "trajectus" à l'époque où le traict servait de voie de communication entre Guérande et Le Croisic, soit du terme Breton "trec'h" signifiant "sable" ou plus particulièrement la zone intertidale de l'estuaire.)

    c’est une grande marée, la mer se retire assez loin, ce qui nous permet de marcher au-delà de la croix qui se trouve normalement au beau milieu de la mer. En me retournant je vois la ville bien loin,

     



     

    Les oiseaux sont partis sous des cieux plus cléments, ce qui m’étonne c’est de ne pas entendre ni voir les goélands argentés du Croisic. Ils sont  si nombreux, si présents dans leurs intarissables échanges verbaux.

     

    Nous trouvons sur notre passage un ibis sacré Mymychacha me précise que c'est plus une garzette, je la crois, car je ne connais pas grand chose aux oiseaux. 

     

     

    Normalement, nous passons « à pied sec » donc je n’ai pas pris de bottes, mais voilà, même à sec il y a des courants et l’obligation de se mouiller. Que faire sinon de quitter mes chaussures. Moi, une grande frileuse, me voilà gambadant au mois de novembre, pieds nus dans l’eau. Il y a comme cela des choses qui ne s’expliquent pas. Peut être seulement le bonheur d’être là,

     

    Mon amie, elle est carrément en short. Ce qui je dois le dire m’étonne beaucoup, mais lorsqu’elle va à la pêche à pied, c’est pour remplir son panier. Alors on se mouille pour ca.

     

     

    Moi la citadine, moi la souris des ville, je ne connais de la pêches aux moules que la comptine. J’étais là pour marcher sur le fond de la mer, faire des photos, pas trop ramasser des coquillages, car je n’aime pas tout ce qui est cru, en matière animale. Je ne dis pas la même chose des moules cuites. Le nez dans le sable, que vois-je un monticule recouvert d’algues, mais à mieux regarder les algues sont autour des moules, des huitres, même de bigorneaux.

     


    Je me vois me baisser, passer la main sous l’eau, retirer des grappes de moules. Je suis comme une gamine. Les huitres ressemblent à de vieux cailloux. Des berniques aussi ?? ca se mange ??? OUIIIIII j’entends de loin, car le vent s’est légèrement levé. Une pêche miraculeuse. Tout doucement je me déplace,  me laisse prendre au jeu. La mer est généreuse.


     

    Tiens , un tracteur. C’est pas banal ca.

     

     

    Eh ! eh vous deux… sûr que cela s’adresse à nous, nous sommes les seules à des kilomètres à la ronde. Allez, jetez le contenu de votre panier. Ici vous êtes dans les parcs.

     

    Nous sommes là sans nous en être aperçu, nous n’avons rien vu.

    Oui, c’est ca… chaque année ce sont des tonnes de palourdes qui disparaissent

    Allez videz

    Mais si les piquets c’est ce qui est là, nous en sommes à 1.50 mètres, notre cueillette a été faite avant.

     

    Cela faisait plus d’une heure et demis qu’en marchant nous ramassions, il n’était pas question d’abandonner une belle pêche.

     

    Je m’en vais, dit le marin très mécontent,  moi j’ai de l’ouvrage !!

     

     

     Le soir nous avons fêté l'anniversaire de la soeur de mon amie en cuisinant les produits de notre pêche. Les moules ont été faites à la manière de ''mémée'', Les huitres cuites dans un sorte de beurre blanc, les palourdes et berniques avec un beurre d'escargots, les bigorneaux...J'ai apprécié qu'elles sacrifient leurs coquillages pour les cuire, afin que je puisse me joindre avec plaisir.


    Tout le monde s'est super hyper régalé

     

    J'ai découvert un vin super, le Quicy qui se boit comme de l'eau, mais bien meilleur. Si vous connaissez vous me comprenez, si vous ne connaissez pas, c'est le moment de le gouter.

     


     


     


    12 commentaires
  • chez Lajemy

    je me demande comment je vais pouvoir illustrer ce thème, il y a tant de choses. Un pouce dans une petite bouche pour calmer un chagrin, un soleil derrière les nuages, l'émotion se glisse partout.  Puis me revient en mémoire, une photo prise cet été lors d'une balade. Un joli petit cimetière qui a dû être aimé, fleuri, Je me suis imaginé les vies de tous ici, abandonnés par la fuite vers la ville, ou autres. Il ne restait que des carcasses.  Une grand émotion m'a envahie.




    19 commentaires
  •  

    Chez Brunô

    Encore une idée dont on ne sait où il va les puiser

     

    Récit : l’ascenseur, poème ou texte

    Dans lequel ne sont pas utilisés les mots : ascenseur ; monter ; escalier ; immeuble, cage et étage

     

    Ma participation :

     

     

    Il était une fois un personnage spectaculaire, très imagé, plein de charme et de sensibilité qui répondait au doux nom de Zaza Napoli, c'était un travesti, qui jouait un extraordinaire personnage de théâtre. 

     

    Perruques, maquillages outranciers, timbre de voix ultra travaillé, il était impossible de se rappeler la vraie voix de cette merveilleuse Zaza, follement amoureuse. Elle qui se plaçait entre Edwige Feuillère et Yvette Horner.

     

    Les robes, les froufrous, les plumes roses, coutaient extrêmement cher, c’était vulgaire, outranciers dans cette période des années 1950.

     

    Le producteur aurait apprécié un texte plus élégant, plus correct. Le nom de la pièce était choisi, mais dans un éclat de rire, il a été proposé  ‘prout’. Ce qui est loin de l’espace clos dans lequel cela se passe ? Une sorte de volière, une ménagerie,

     

    Il n’y a pas de barreaux, pas de grillages,  c’est  une sorte de clapier,  dans lequel les protagonistes sont enfermés, au propre et au figuré

     

    Pour arriver à prendre lélévateur social, gravir une après l’autre les marches et se rendre au dernier palier ; il leur aura fallu emprunter de nombreux gradins Ils ont beaucoup déambulé dans ce dédale des idées reçues.

     

    Lorsque les spectateurs sont rentrés dans leur univers restreint, une sorte de  

    prison sociale ils ont beaucoup ri, mais au fond, dans ce monte-charge ludique, installé dans un gratte ciel  en guimauve auront-ils reçu l’échange du renvoi qui permet d’élever des fardeaux plus aisément ?

     

    Nicole Fleuret nov 2009

     

     


    12 commentaires
  • chez photographes du dimanche les fleurs sont à l'honneur

    voici ma participation

    en automne
    douceur
    éclatantes couleurs








    Le camélia une fleur, ou plus un arbuste à la joyeuse floraison,

    Cette fleur qu'aimait particulièrement Marie Duplessis, courtisane de son état, dont Alexandre Dumas fils était amoureux, l'a inspiré pour son roman "la Dame aux camélias"

    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/0/0b/LadyoftheCamellias.jpg


    15 commentaires
  • Notre Vividecateri 
    http://vividecateri.over-blog.com/ 

    la supra championne a trouvé : un coprin chevelu



    encore ailleurs, je ne pensais pas être mardi. Mais voilà, notre grande championne réclame sa pitance

    Indice 1  je peux avoir parfois des mèches jaunes ou ocrées


    INDICE 2
     facétieux, on peut me trouver dans des lieux inattendus je suis assez petit et vieillis très vite

    indice n°3 je suis comestible



    Alors récapitulation 1

     

    Ce n’est pas un cocon d’araignée (aurais-je pu m’approcher .) ni la peau d’un

    camembert

    Ce n’est pas mon frigo en flagrant délit d'ère glaciaire

    Ce n’est pas une photo loupée

    Ce n’est pas de la laine

    Ce n’est pas un malade de la grippe à bière

     

    Whahou, ca déménage ca me plait bien

     

    Ce n’est pas la langue d’André qu’il a déjà donnée au chat, bien que chargée..

     

    Romantique : pas des pétales de fleurs

     

    Contrairement à ce qui est dit : il n’est pas nécessaire de me connaître pour trouver, mais c’est vrai que je gagne à être connue

     

    Ce n’est pas un arbre

     

     

    Ce n’est pas un cocon de ver à soie

    Ce n’est pas un glacage loupé sur des biscuits à la queuillière

    Ce n’est pas du givre sur une vitre, ni de la neige sur un toit, ni du coton pas filé, ni de la pâte à papier,ni de la chantilly sur un gâteau… ni je rame

    Ni de l’écume  ouf !!! tout ca sur une seule réponse !!!


    Non Geneviève, ce ne sont pas mes cheveux,

    alors !!! vous calez??

    ce n'est pas le père noel en nain de jardin
    ni de la barbapapa,

    sur ce, à demain


    46 commentaires
  • chez Brunö

      Imaginez que vous rencontrez des personnages célébres qui répondent à votre question "comment ca va ?"

    Le père lachaise   :bien,  ici c’est de tout repos

    Jacques prévert : comme la pluie et le beau temps

    Alfred Hitchcock : ferme la fenêtre sur cour, j’ai des sueurs froides

    Yann arthus bertrand : home sweet home

    Barbara : comme une longue dame brune

     

     


    16 commentaires

  • Je vous remercie tous pour vos nombreux commentaires et visites

    Je suis absente d'OB pour quelques jours. Je ferai la tournée des popottes en rentrant.

    Avec toute mon amitié 

    Nicole


    24 commentaires


  • je me marre grave

    pour la communauté MICROCOSMOS http://www.over-blog.com/com-1050991033/Microcosmos.html

    photos prises dans l'aquarium de La Rochelle



    et au marché à côté de chez moi

     


    je vous mets un vrai bijou un montage d'Erik Johansson





    20 commentaires
  •  Toujours sous un soleil de plomb, habillés en costumes 1900, les danseurs évoluent comme dans un rêve. Tous semblent heureux d'être là, avec nous, sous le soleil, dans des quadrilles enflammés.

    les présentations






    on s'envole








    il me restera pour fermer le sujet un passage dans le musée destiné à la musique...

    pour tout savoir :
    En avant la musique mécanique :
    les instruments  les chanteurs  : les chapeaux ?? 






    14 commentaires
  • chez Brunö un récit qui utilisera les 10 mots suivants dans cet ordre :
    valise, bleu, travailler, pensée, train, éclatante, écrire, rêve, voyage, équivoque

    A l'instant je termine le remplissage de ma VALISE
    Le ciel pour le moment est gris, mais mon coeur est en grand bleu
    J'ai le projet immédiat de partir attention, attention messieurs les voyageurs avant la fermeture des portes...
    Inutile de travailler comme une désespérée, quelques vêtements rapidement déposés, une bonne paire de chaussures, le tour est joué.

    A la pensée de monter dès 14 heures dans le train qui va me conduire sur les bords de la grève automnale, grandes marées avec les grosses vagues de l'océan, je suis en joie. De nouveaux oiseaux, de nouvelles odeurs, de nouvelles rencontres.

    A mon arrivée, mon amie, sera là, toujours lumineuse, éclatante avec un sourire qui donne l'envie tout de suite de lui sauter au coup.

    Je ne pourrais ni peindre, ni écrire pendant mon séjour, mais les souvenirs seront engrangés dans ma tête, dans mon coeur, dans mes rêves, sans oublier mon copain de route, mon appareil photos.

    Ce voyage m'inspire confiance et sérénité, amitié et   la certitude d'être bien, il n'y aura ni quiproquo, ni malentendu, c'est sans équivoque. Je rejoins ma cop's amie depuis si longtemps.



    20 commentaires
  • sans parole
    chaises vides
    dernier marathon









    8 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires