•  

    En avez-vous entendu parler ? c'est à quelques kilomètres de Lyon, à Saint Romain au Mont d'or, dans un adorable petit village en pierres dorées.


    Saint-Romain-au-Mont-d'Or était à l 'origine le Couzon Plus tard St Romain de Couzon se scinde en 2 villages distincts : Saint-Romain-au-Mont-d'Or et Couzon-au-Mont-d'Or. Saint-Romain-au-Mont-d'Or est aujourd'hui un village au vieux patrimoine où les modifications architecturales sont soumises à l'autorisation de l' Architecte des bâtiments de FranceSuite aux interventions artistiques, l'aspect initial de la demeure a été profondément modifié : murs éventrés et calcinés, ajonction d'élements architecturaux, façades peintes avec des teintes et motifs singulières
    Dans ce village il y avait un ancien relai de poste

    S'étendant sur 12 000 m², la Demeure du Chaos a l'apparence d'un vaste décor post-apocalyptique, sorte de no man's land militaire, où se côtoient de nombreuses installations artistiques : vestige de météorite, hélicoptère écrasé au sol, squelettes calcinés de voitures, inscriptions géantes peintes sur les murs, les sols et les toits, sculptures menaçantes de ferrailles rouillées, vestiges d'incendies, poutrelles et structures de béton de blockhaus...

    Cette création collective figure notamment les scènes médiatisées de catastrophe, et des événements d'actualité comme les attentats du 11 septembre 2001 et les émeutes dans les banlieues françaises.

    Cette Demeure du Chaos, initiée dès 1999 par Thierry Ehrmann (la trace des premiers tags de salamandre remonte quand à eux à l'été 2003), [1] rassemble et intègre 3 123 œuvres d'art, réalisées par plus de 70 artistes[réf. nécessaire] [2], dans un concept de perpétuelle création comparé à celui de la Factory [3].La Demeure du Chaos est également le siège de l'entreprise Groupe Serveur dont Thierry Ehrmann est président, et ses filiales, dont ArtPrice










    Je me contente de vous faire partager cet évènement hors du commun. Pour plus d'infos les liens ci - dessous


    http://issuu.com/lyonpoche/docs/demeure_du_chaos?mode=embedded

    http://www.demeureduchaos.org/index.html


    5 commentaires

  • TOUTES LES PHOTOS SONT PERSONNELLES JE LES AI PRISES LORS DE MA VISITE A CETTE TRES BELLE EXPOSITION POUR PARTAGER  AVEC CEUX QUI MALHEUREUSEMENT POUR EUX NE POURRONT Y VENIR


    JOYEUSE  DOUCE  ELEGANTE  TRISTE  SOUCIEUSE  SEULE  SAUVAGE INSAISISSABLE, LEGERE DECIDEE.

    Je vais vous parler d'Emilie Charmy. Une découverte pour moi, aujourd'hui, dans le très
    beau musée  municipal Paul Dini à Villefranche sur saone, dans le Rhône.
    http://www.musee-paul-dini.com/


    Née en 1898 à Saint Etienne, elle fait sa première exposition à 17 ans.

    sa première toile, la couturière.


    Elle a eu une vie riche, pleine de rencontres, il m'a semblé comprendre que cette femme d'un autre siècle était libre. Elle a rencontré un maître, Jacques Martin chimiste mais aussi peintre, qui a vraisemblablement un lien avec le Jacques Martin lyonnais lui aussi, grand maitre, mais  de la télévision.

    Cette femme n'était pas belle, mais était très séduisante. La plupart de ses oeuvres qui sont des portraits, sont en fait des autoportraits. Contrairement à Frida Khalo qui s'est toujours mise en scène elle aussi, Emilie Charmy, livre au fur et à mesure de ses tableaux, toute sa diversité, tous ses changements, ses métamorphoses.

    Elle utilise très peu les matières. Son amour des couleurs est plus représentatif. Elles s'imposent comme une composante essentielle de son style. 
     
    Elle se regarde dans un miroir, est-ce la solitude ? que l'on sent présente dans tous les autoportraits.  Cet isolement vital, l'accompagnera tout au long de sa vie. Jour après jour,année après année, c'est un journal de bord au long court qui est écrit. Elle dit qu'à son chevalet, c'est quelqu'un d'autre qui agit à sa place, qu'une force s'exerce sur elle. Se peindre inlassablement.






































    Son amie Colette accepte d'être peinte elle aussi , même nue, c'est semble t il le seul nu accepté par la romancière.





    Elle fera également des nus, osés pour l'époque, surtout peints par une femme.



    Elle était provocatrice, avec ses portraits vêtue de bas rouges, couleur de  bas réservé aux ""filles de joie "".

    Elle a aussi fait une série de nappes, qui donne une idée du travail et de son évolution , la matière entre en jeu C'est inattendu, elle applique le tube directement sur la toile et le travaille ensuite.


    J'ai été séduite, et vous ? donnez moi vos impressions. Merci

    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires