• AVOIR DE LA MORGUE

     

    Bonjour, 

     

    Je suis d'une curiosité permanente, doc, radio, télé, bref, il y a des boulimiques de tout acabit

    Lorsque j'entends cette expression, avoir de la morgue,  je saute sur Wiki, mon ami bienveillant. Je lis 

     

    faire la moue, attitude hautaine et méprisante, regarder de haut.

     

     

    J'aurais pu ou du en rester là, mais non, il a fallu que je creuse, car la morgue, celle des médecins légistes, quel rapport avec l'orgueuil ? Ou encore regarder de haut !

     

    C'est encore un billet qui pourrait être interdit au moins de 16 ans et aux coeurs fragiles, ce que vous allez découvrir est juste incroyable. 

     

    AVOIR DE LA MORGUE

     

    A Paris, tout au long du XIXe, des millions de touristes et de parisiens se sont pressés pour visiter l'un des endroits les plus courus dela capitale. Il ne s agit pas de musées ou parcs d'attractions, mais bien d'un lieu qu'aujourd'hui on qualifirait de spot trash incontournable.

    Chaque jour, une 15e de cadavres sont installées dans une  pièce que l'on appelle la Morgue, une petite ouverture étant creusée pour permettre au public de ""morguer"" C'était au Châtelet, déjà les badauds étaient attirés par le spectacle .

     

    Le pire, c'est qu il a fallu peu de temps pour que cela devienne une véritable attraction. 

     

     

    Au départ, l'objectif était louable, même si le propos était très rude. Il n'y avait aucun moyen de ce que nous connaissons actuellement, et il fallait bien évidemment identifier ces gens. Assassinat, évasion, mort naturelle, un disparu. Pas de photos, pas de papier d'identité, (pas de portable non plus, arf !!) C'était là le seul moyen de savoir qui ils étaient. 

    La salle d'exposition était ouverte tous les jours, gratuitement. Nus ou peu vêtus, ils étaient  la  pour 3 jours.

     

    AVOIR DE LA MORGUE

     

    Posés sur des plaques de marbre noir, au nombre de  12, installés derrière une vitrine de verre. Certains, l'histoire ne dit pas le pourquoi, avaient un vrai succès.

     

    Comment imaginer ? C'est une époque ou la mort et la nudité sont deux sujets tabous, et voila que toutes ces dames embourgeoisées dans leur tournure, accompagnés d'hommes en haut de forme, d'enfants  sont tout émoustillés à l'idée de venir visiter les macchabées de l'ile de la Cité

    Les meilleurs jours, près de 40.00 personnes se bousculaient. J'allucine.

     

    Ce n'est qu'en 1907, que le préfet de police Lépine y met un terme .

     

    Mais que vais-je découvrir prochainement ? il doit bien y avoir des trucs drôles en ce moment !

     

    bonne journée à vous 

     

    Je me suis aidée de diverses publications, dont zigzag.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Bonjour, 

     

     

    Dans le Luberon ; Ruelles et demeures aux murs de pierres plates, savamment posées 

     

     


    votre commentaire
  • BALADE AUTOUR DE CHEZ MOI

     

    Bonjour,

     

    hier, sur les berges de la saone, rencontre avec un cygne, qui d'abord était tranquille, puis a cru que nous voulions lui chercher des noises 

    BALADE AUTOUR DE CHEZ MOI

     

     


    1 commentaire
  • Bonjour, 

     

    Laisser passer (la lumière) en partie.

     

    TAMISER


    2 commentaires
  • Bonjour,

     

     

    Il y a quelques années, je faisais la visite de Lyon avec un homme passionné, Bruno, qui nous faisait renouer avec notre ville et ses histoires. 

     

    voilà ce que j'ai retenu du quartier qui aujourd'hui s'appelle Saint Clair. 

     

    L ile saint Clair à Lyon est la première spéculation immobilière de 1750 à 1760, avec l'arrivée de Jacques Germain Soufflot.

    L ILE SAINT CLAIR

    C est une ancienne ile du Rhône qui a été rattachée au bas de la croix rousse, après les travaux de Morand  (5 ans)  pour dévier le cours du Rhône vers la rive gauche.

     

    L ILE SAINT CLAIR

     

    L'exiguité des terrains à bâtir au XVIIIe siècle est telle qu'elle ne peut répondre à l'engorgement de la presqu'ile. Les archis et entrepreneurs doivent gagner du terrain en assainissant les brotteaux, soit terrain à brouter. Le quartier Saint Clair était né, il doit son nom à la porte qui fermait la ville sur l'actuel quai Lassagne.

     

    On peut encore voir le noms des rues avec faute d'orthographe rectifiée, dans la pierre. Ces plaques sont à gauches, et très hautes, pour les cochers des fiacres, conduite à gauche.

    L ILE SAINT CLAIR

     

     

    L ILE SAINT CLAIR

     

    Quand Soufflot arrive à Lyon, il crée une compagnie avec archis, entrepreneurs, et financiers, afin d'acheter les terrains, dont certains aux Bénédictines, font des parcelles, construisent des immeubles, revendus en appartement.

    La configuration du lieu oblige à de la créativité, d'où cette rue avec un immeuble dit en forme de lyre

     

    Les marchands de biens étaient nés.  Ce n'est pas pas une profession récente.. Ils seront habités par des médecins, notaires, financiers, soyeux.

     

    L ILE SAINT CLAIR

     

    Au bout de la rue Royale, se trouvent des immeubles dont les appartements sont restés dans leur jus, stucs, vitraux, parquets,  Habiter dans les murs de l'époque Louis XVI et mettre des meubles en cuir noir, ca en jette non !

    L ILE SAINT CLAIR

     

    les vitraux de la montée d'escalier de l'immeuble

     

    L ILE SAINT CLAIR

    les anges au dessus de la porte d'entrée

    L ILE SAINT CLAIR

     

    le parquet en marquèterie, il a du en voir des semelles celui la

    L ILE SAINT CLAIR

     

     et ce lustes à pampilles,  Marie Antoinette

    L ILE SAINT CLAIR

     

    une vue de loin de la pièce à vivre devenue un peu contemporaine

     

    L ILE SAINT CLAIR

     

    Je ne sais pas vous, mais moi, lors de cette visite j'étais vraiment scotchée  d'apprendre qu'il ait des appartements musées, ici, à côté de chez nous.

     

    Ce quartier  sera entièrement fabriqué. L'emprise de l'impétueux  Rhône aura des conséquences.

     

    A partir de 1939, pour permettre l'implantation du tunnel sous la colline de la croix rousse, qui a ouvert en 1952 Il a été malheureusement amputé de quelques beaux immeubles.

    Charles Delfante, architecte urbaniste de Lyon, lui aussi a détruit des immeubles des XVII  et XVIIIe siècles pour la construction du métro. Les terrassements ont mis à jour des vestiges attestant une occupation romaine du début de notre ère jusqu'au 2e siècle.

     

    Balme de Saint Clair

     

    le 8 mai 1932, sur le cours d'herbouville,  un fracas épouvantable. Graviers, sables, murs de soutèment, s'abattent sur 2 immeubles bourgeois. Toitures, poutres, mobilier, tout est fracassé écrasé. Puis le feu a commencé de faire son ravage. Cette catastrophe est en lien avec l'urbanisation du quartier, fait une trentaine de morts.

     

    de même en 1977

    L ILE SAINT CLAIR

     

    Indéfiniement l'eau n'aime pas être dérangée

     

    Puis plus près de nous, la construction d'une passerelle, dite passerelle de la Paix, qui est un cheminement pieton et vélo, pour rejoindre le parc de la tête d'or et la cité Internationale. 

     

    L ILE SAINT CLAIR

     

     

    Bonne journée à vous, à bientôt pour une autre histoire

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    3 commentaires
  • ENJAMBER

    Bonjour, 

     

     

    • Relier les bords de quelque chose ; franchir : Le pont d'Alcantara enjambe le Tage.

     

    ici ... Le pont de Couzon au Mont d Or

     


    votre commentaire
  •  

     

     

    PRASLINE, PRALIN, PRALUS...

    Bonjour, 

     

    Comme nous sommes dans une période dite de festivités, même si le contexte nous impose un peu le contraire, je vais vous parler gourmandise. 

     

    Ben oui, je suis de Lyon... depuis... personnellement très longtemps, et familialement quoi ! 3 générations! C'est du lourd. 

     

    J'étais partie pour vous parler de la praline dans tous ses états, Donc, recherches, et là, les bras m'en tombent

    Quand on dit  pralines, elles auraient été inventées où? En dehors de Lyon ! Je ne vois pas. 

     

    PRASLINE, PRALIN, PRALUS...

    C'est là l'erreur. Ce n'est qu'une légende. Je ne l'ai pas  tout suite bien pris.

     

    PRASLINE, PRALIN, PRALUS...

     

    En effert, La praline aurait été inventée au 17e siècle, près de Nevers, par un certain comte Plessis Praslin, qui un jour d'inspiration particulière eu l'idée d'enrober les amandes  de Montargis, avec du sucre caramélisé. La couleur rose est arrivée plus tard, avec l'ajout  d'une préparation à base de cochenille.

    La tarte aux pralines, que l'on trouve plus précisement dans l'Isère. Brioche de Saint Genix. 

     

    PRASLINE, PRALIN, PRALUS...

     

     

     En  1630 a été ouverte la maison de la prasline à Montargis  Depuis 1903 la famille  MAZET a continué la tradition. 

    En  2016, la confiserie Mazet, a reçu le label de patrimoine vivant, grâce à la recette du plus vieux bonbon de France.

     

    PRASLINE, PRALIN, PRALUS...

     

    ah on y vient : 

    La tarte aux pralines ou tarte à la praline est un dessert, spécialité lyonnaise, qui utilise la praline comme ingrédient principal

     

    si je fais comme il faut, la recette est  ici 

     

    Il y a aussi  la praluline, contraction de Monsieur Auguste Pralus, l'inventeur, et de pralines qui a crée cette brioche généreusement remplie de beurre et pralines concassées

     

    Bon ! ca va, tout ne peut pas être lyonnais, d'accord. 

    Si j'ai oublié quelques chose, je vous remercie de m'en faire part. 

     

    Bonne journée et à tout bientôt. 

     

     


    2 commentaires
  • Bonjour,

     

    Il y a encore quelques années le matin, il faisait un peu humide et froid

     

     

    c'était vers 7h du matin, en octobre novembre  

     

    COMPLETEMENT GIVRES

     

    COMPLETEMENT GIVRES

     

     

     

     


    2 commentaires
  •  

     

     

    QUAND LYON ETAIT CAPITALE DES BORDELS

     

     

     

    Bonjour,

     

    Retour sur un passé sulfureux de ma bonne ville de Lyon. Aujourd'hui ces dames exercent leur métier dans un quartier, plus précisément le 7eme arrondissement, mais cela n'a pas été toujours ainsi.

     

     

    QUAND LYON ETAIT CAPITALE DES BORDELS

     

     

    Au XIXe siècle, on  " confinait " les prostituées dans des maisons closes. L'objectif était le même que 200 ans plus tard, éloigner du paysage urbain ces femmes vectrices de débauches et d'insécurité.

    En 1836,  659 filles publiques répertoriées mais aussi des gamines entre 10 et 14 ans qui se négociaient pour un prix d'or. Lyon est une ville de garnison.

    Quelques  magnifiques immeubles qui servaient à l'époque, vous verrez que leur destination aujourd'hui est totalement différente.

    QUAND LYON ETAIT CAPITALE DES BORDELS

     

     

     

    Le document qui suit, a été récemment  acheté sur ebay 3 500 €, il serait extrêmement choquant aujourd'hui, voire inimaginable.  

     

    QUAND LYON ETAIT CAPITALE DES BORDELS

     

    Elles sont souvent très endettées. Voila pourquoi le conseil municipal de Lyon du 19 mai 1846, supprime la taxe de 3francs, de la visite médicale. La ville prend en charge les frais médicaux.

     

     

    QUAND LYON ETAIT CAPITALE DES BORDELS

     


     

     

    Quand on pénètre aujourd’hui dans le « Club du Rhône » au 9, rue de l’Épée (Lyon 3e), à deux pas de la « Place du Pont », on se dit bien que les lieux n’ont pas été conçus pour le judo.

    C’est d’abord la lourde porte percée d’une petite ouverture grillagée qui intrigue.

    Ensuite, un long couloir étroit oblige à se pousser contre le mur pour laisser passer les judokas et autres amateurs d’arts martiaux.

    Au bout de ce couloir, on débouche sur la partie la plus intrigante : devant la banque d’accueil, le sol est ajouré. Cet énorme trou dans le plancher est entouré d’une rambarde travaillé dans une sorte de faux marbre. On aperçoit en dessous les tatamis.

     

    QUAND LYON ETAIT CAPITALE DES BORDELS

     

     

    QUAND LYON ETAIT CAPITALE DES BORDELS

     

    Le docteur Jean Lassagne édite en 1926 chez Albin Michel, l'argot du milieu. On peut y lire des définitions telles que l'antique lupanar , qui a pris le nom de bordel, bordeau (car près d'une rivière)bobinard, boxon, bouic, brick, cabane, gros numéro etc... en ce qui concerne la péripapéticienne,  les appellations ne manquent pas, prostituée, louve, mérétrice, courtisane, femme galante, fille de joie, ribaude, catin, créature (Louis XIV) impure (Louis XV) prhyné (Directoire) catiche, femme en carte, retapeuse, marmite, morue, pétasse, putain, pute, tadeuse, tapin, tapineuse, turfeuse, romblère...

    J'ai cherché, vous vous en doutez des noms pour les messieurs qui s'offraient les charmes de ces dames, eh bin ! que nenni, que point, niet, quedalle...enfin, nous avons maquereau, micheton, cave, gogo, miché

    QUAND LYON ETAIT CAPITALE DES BORDELS

     

    Quelques lupanars sont disséminés dans toute la ville, Jacobins, Celestins, Bellecour, Edouard Herriot également.

     

    madame Jeanne, possède 3 lieux, 12, et 17 rue Molière

    Madame Marcelle elle,  situe ses établissements 5 rue du Garet et 3, rue Edouard Herriot

    Rue Paul Chenavard etc... plein centre ville dans les beaux et chics  immeubles d'aujourd'hui

     

     

     

     

    On en compte pas moins de 100 intra muros et 50 dans les faubourgs. De manière naturelle, le filles passaient de prostituées à mères maquerelles. La Marie Briguet, La Françoise Petit, la Margueritte Cunillat pour n'en citer que quelques unes. 17, Rue lanterne, rue Thomassin, Mercière, Griffon, des Archers, Sur la place des Terreaux 2 immeubles et 15 maisons.

     

     

    Bonaparte, pour  rassurer l'Eglise catholique et une partie de  la bourgeoisie, les communes doivent face à ce désert législatif. Il prend alors une série d'arrêtés légitimant davantage le cloisonnement,

     

     Marthe Richard, ancienne prostituée elle même, qui sera entre autres femme politique, qui propose un texte de fermeture des maisons closes. C'est ainsi que seront fermés 1400 bordels.

     

    Il n'est pas très facile aux lyonnais d'imaginer que notre ville ressemblait au quartier rouge d'Amsterdam...

     

    Ce billet, ainsi que le billet sur l'amour est un peu chaud, j'en conviens, mais ma ville, c'est aussi ca.

     

    A bientôt

     

     

     

     


    10 commentaires
  • SE DRESSER

    Bonjour,

     

    Une vue de notre tour de la Part Dieu, à Lyon

     

     


    1 commentaire
  • Bonjour,

     

    ma ville et ses contrastes, des quais vides, des immeubles chargés d'histoire, et les tours de la Part Dieu

    MA VILLE

     

    Bonne journée à vous tous

     

     

     

     


    votre commentaire
  • JE M APPELLE AMA

     

    Moi je m'appelle ROSE, je suis partie voir ailleurs 

     

    Ah ! sa Rose, sa Rosita, celle qui prenait la maison pour un hôtel, toujours en vadrouille, pour chasser, vagabonder, squatter l'ombre du jardin d'à côté. Un regard difficile à soutenir, une maîtresse chatte quoi. 

    voilà pourquoi elle a craqué, c'est vrai qu elle avait une sacré petite bouille 

    ELLE, C ETAIT ROSE ...

    ELLE, C ETAIT ROSE ...

     

     

     Puis la petite enfance étant terminée, sa vie d'adulte a été bien différente. 

    Prête à tout pour assouvir son instinct de chasse, ici en équilibre sur la maison des oiseaux en espérant en chourrer un. 

     

    JE M APPELLE AMA

     

    Mulot, souris, lézards, taupes, mais aussi oiseaux et écureuils, pas de quartier, je chasse c'est mon job 

    oui  c est moche ... mais voila, c'est trop tentant. No resistance. 

     

     

    Bon ! c'est vrai quelle était bien mignonne, enfin manger, boire, dormir sans payer en câlins ça craint un peu non !

     

     

    JE M APPELLE AMA

     

    encore une photo et après les billets ne seront que pour moi Elle virevolte avec grâce, c'est vrai.

     

    Il n'empêche, qu'après plus de 4 ans de vie commune, elle est a dit un dimanche soir, je n'ai plus de cigarettes, je fais le tour du quartier, elle n'est jamais revenue. 

     

    Pucée, stérilisée, tip top donc, si elle a trouvé une maison plus accueillante dans les 500 mètres, eh bien tant mieux.   

     

    Moi, je m'appelle Ama, je suis chez Dadou depuis 2 mois, je suis là pour lui adoucir son quotidien, je reviendrais vous parler de moi. 

     

     

     

    JE M APPELLE AMA

     

     

    Bonne journée à vous 

     


    2 commentaires
  • SILLONNER


    6 commentaires
  •  

     

     

    SE CHOUCHOUTER

     

    SE CHOUCHOUTER

     

     

    SE CHOUCHOUTER

     

     


    7 commentaires
  • LES PERSIENNES et ABAT-JOURS LYONNAIS 

    Bonjour,

     

     

    “ Il (le Lyonnais) est amoureux de sa ville. Il parle avec enthousiasme de tout ce qu’on y voit ”

    Stendhal Mémoires d’un touriste 1837

     

    En tôle découpée, en fonte d'ornement, en bois, vous reconnaitrez facilement les quartiers, croix rousse, ouvriers de la soie, ou centre ville, plutôt banquiers.

     

    LES PERSIENNES et ABAT-JOURS LYONNAIS

     

    LES PERSIENNES et ABAT-JOURS LYONNAIS 

     

    Les fenêtres lyonnaises sont, depuis la fin du XVIIIe siècle, traditionnellement ornées d'un lambrequin dans lequel s'enroule une jalousie. La présence de la jalousie à Lyon est liée à l'héritage italien des siècles d'or de la ville durant la Renaissance. Traditionnellement formée de lames horizontales de sapin ou plus récemment de bois exotique (bois peint pour résister aux intempéries) suspendues dans un réseau de chaînettes et de cordes, son mécanisme caché dans un lambrequin, elle s'est généralisée sur les immeubles du centre-ville au XIXe siècle et est restée longtemps utilisée dans ces habitations. Moins encombrantes que les volets, les jalousies lyonnaises se sont révélées commodes pour régler la lumière, et permettre l'aération même pendant une pluie.

     

    LES PERSIENNES et ABAT-JOURS LYONNAIS

     

    LES PERSIENNES et ABAT-JOURS LYONNAIS

     

     

    LES PERSIENNES et ABAT-JOURS LYONNAIS

    Aujourd'hui, elles constituent une véritable identité architecturale locale.

     

    LES PERSIENNES et ABAT-JOURS LYONNAIS

     

     

    LES PERSIENNES et ABAT-JOURS LYONNAIS

     

    LES PERSIENNES et ABAT-JOURS LYONNAIS

    Les ferronneries et fontes d'ornement des fenêtres et balcons sont des éléments de décoration de façades considérés injustement comme des arts secondaires. Il est vrai que leur réalisation par des artistes rarement identifiés n'est pas étrangère à la méconnaissance de cet art à part entière.

     

    LES PERSIENNES et ABAT-JOURS LYONNAIS

    S'il n est déjà pas toujours aisé d'attribuer à un architecte la paternité d'un bâtiment, il est exceptionnel de pouvoir le faire pour les auteurs d'ouvrages de ferronnerie. Que seraient les façades des immeubles construits jusqu'à une époque pas si lointaine sans la créativité de ces artistes inconnus.

     

    Aujourd'hui les réparateurs de ces petits bijoux sont des bijoux eux mêmes, car peu nombreux. Les volets sont maintenant remplacés par du plus moderne.

     

    Bonne journée à bientôt

     

     

     


    4 commentaires
  •  

    TREVOUX DANS L AIN

     

    Bonjour,

     

    TREVOUX DANS L AIN

     

    Je vous ai déjà parlé de ma distraction ? je n'avais pas vu que mon billet n'avait pas été gratifié de photos, et vous ne me l'avez pas dit ! vous êtes drolement sympas avec moi. merci 

     

    TREVOUX DANS L AIN

     

    Une petite promenade sous un beau soleil, sans possibilité de prendre un café... confinement oblige. Je vous donnerai peut être envie de découvrir cette jolie ville avec encore en place de magnifiques bâtiments.

     

     

    TREVOUX DANS L AIN

     

     

    25 km au nord de Lyon, sur la rive gauche de la Saône et face au Beaujolais, s'élève la cité historique de Trévoux.

    TREVOUX DANS L AIN

     

    Cité féodale, puis capitale de la principauté de Dombes, Trévoux bénéficia des bienfaits de la Grande Mademoiselle, souveraine de Dombes après 1650, , les quartiers historiques s'étagent agréablement sur les pentes de la Côtière surplombant une majestueuse courbe de la Saône.

     

    TREVOUX DANS L AIN

     

     

     Pour protéger le bourg et le péage des seigneurs voisins, les sires  construisent au 14e siècle un château fort et des remparts. La ville se développe alors entre le péage et le château, entourée d’une enceinte. Une charte de libertés et de franchises est accordée aux habitants en 1300.

     

    TREVOUX DANS L AIN

     

     

     

    Le pays de Dombes qui deviendra par la suite principauté ou Souveraineté de Dombes, avec Trévoux pour capitale. En frappant monnaie, les ducs de Bourbon affirment leur souveraineté.


    Au 16e siècle, alors qu’elle est annexée au Royaume de France (entre 1523 et 1560), la Dombes conserve son administration particulière et acquiert des institutions qui contribueront à asseoir cette souveraineté. François Ier dote Trévoux d’un Conseil et chambre du dernier ressort de Dombes qui deviendra le Parlement de Dombes.

     

    TREVOUX DANS L AIN

     
    Les 17e et 18e siècles marquent l’âge d’or pour Trévoux  La principauté de Dombes est rattachée au Royaume de France en 1762. Elle garde son titre de principauté mais n’est plus souveraine. Certaines activités (dont tréfilerie, orfèvrerie, imprimerie) ont perduré, plus ou moins longtemps.

     

    TREVOUX DANS L AIN

     

     


    3 commentaires
  • Bonjour, 

     

    ABBAYE DE CLUNY

    ABBAYE DE CLUNY

    Aujourd'hui une petite promenade en Bourgogne. Un coin que j'adore, très verdoyant et surtout, il y a encore des haies naturelles pour définir les terrains agricoles. Pas de béton ...

    ABBAYE DE CLUNY

     

     

    ABBAYE DE CLUNY

    C'est une vieille histoire, car elle est fondée en 911, et a été une des plus importantes capitales de l'Europe chrétienne. Déjà une querelle de clochers, car les petits gars de l'abbaye voulaient que cet édifice soit plus grand, plus haut, plus imposant que la basilique St Pierre de Rome. Quand même, déjà à cette époque il y avait des rivalités. Donc, fort de cette idée, elle a été la plus grande église chrétienne pendant près de 400 ans,  pari tenu. 

    ABBAYE DE CLUNY

    Cluny, ordre des clunisiens, a réussi à avoir plus de 1 000 établissements, grands ou petits dans le courant du XIIe siècle. Tout ca bien sûr pas que pour la religion, mais pour les pépettes, l'oseille, eh oui ! Ce qui évidemment a entrainé des querelles qui ont eu pour résultats l'affaiblissement et le déclin. On ne se relève pas toujours, c'est ici le cas. 

     

    ABBAYE DE CLUNY

    ABBAYE DE CLUNY

     

    bla bla bla, bla bla bla, je ne vais pas tout vous raconter, sauf qu'en 1790, dispersion de l'ordre, des moines, et vente de l'abbaye, Quand même Puis destruction au début du XIXe siècle. Ce qui a permis depuis 1901à l'Ecole des Arts et Métiers de s'y installer. Heureusement tout n'a pas été détruit. 

     

    ABBAYE DE CLUNY

     

    Si vous voulez en savoir plus, elle est à visiter, c'est toujours  un super endroit. Cluny vaut le coup ,il y a de nombreuses  maisons romanes, l'ancien hôpital. 

     

    Bonne journée à vous, à bientôt

     


    5 commentaires
  • Bonjour les gens,

     

    Quelle drôle d'année que nous venons de passer, voilà pourquoi je reviens vers vous avec les pensées les plus positives possibles

     

    Alors, pour cette nouvelle année 2021,

    Je vous souhaite...

    Des éclats de rire, pour dissiper la morosité,

    De la confiance, pour s'épanouir pleinement,

    Des douceurs, pour croquer la vie à pleines dents,

    Du réconfort, pour surmonter les moments délicats,

    De la bonté, pour le plaisir de donner aux autres,

    De la vaillance pour aller de l'avant,

    Des rayons d'espoir pour illuminer nos idées et notre humeur

    Très belle année 2021 !

     

    BONNE ANNEE



     

     

     


    3 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires